Informations d'accessibilité| Page d'accueil| Aller au contenu| Plan du site| Moteur de recherche| Contact

Association Francophone des Utilisateurs de Logiciels Libres

French speaking Libre Software Users' Association

Promouvoir les logiciels libres ainsi que l'utilisation de standards ouverts.

InformatiqueEnEntreprise

Pour accueillir l'initiative de Bruno Berthelet

Bruno Berthelet, Bureau d'Etudes en Génie Informatique, Hasgard Systemes et Reseaux - Email: brunoDOTbertheletAThasgardDOTnet Tel: 04 72 52 98 81 , Fax: 04 72 17 77 64 LD: 06 63 27 65 01 , Web: http://www.hasgard.net

03/24/04 V1.0 Bonjour, et merci. Je suis relativement "a la bourre" sur mon travail, voici en bref le sujet de ce manuel et quelques extraits qui vont le composer. Je viens de finir la synthèse des sujets que je souhaite traiter, le plan devrait être finalisé ce week end.

03/29/04 V1.4 Bonjour, les évolutions concernent le document d'introduction par dominique bernard ; médiateur ; la présentation d'une route de lecture ; la totémisation des idées à développer (sans route de lecture) Ces travaux, nous le souhaitons, seront accueillis à titre de contribution. Synthèse des travaux depuis mai 2003. Bonne lecture.

03/30/04 Bonjour, l'objectif de ce manuel est de fournir aux DSI/RI un media pédagogique sur les systèmes d'informations d'entreprise afin d'éclaircir leur paysage décisionnel. Le but étant bien entendu d'inciter l'économie privée française à adopter en priorité l'informatique de type free software et open source. Je peux préciser le cadre de ce document, mais celui-ci me demande déjà énormément d'attention et de temps, vous comprendrez que je ne livre ici que l'ébauche de mes travaux.

03/30/04 Petits soucis de mise en page, désolé. Corrigé

04/13/04 V1.61 Je viens de finaliser la consolidation du plan et l'organisation générale des idées. La nouvelle version étant radicalement différente de celle qui est en ligne aujourd'hui, je ne sais encore si je dois laisser l'ensemble des versions disponibles et consultables ou si je me limite a la derniere version uniquement. Il me semblait interessant de proposer de suivre l'evolution de notre travail. A voir.

05/03/04 la V1.8 devrait arriver sous peu. La phase de rédaction est bien avancée. Nous abordons avec Stéphane Plichon et Didier Moiselet les différents sujets techniques pour validation.

09/09/2004 Extraits de la V1.9 - premiere phase redactionnelle. Chapitre I

Version : 1.9 MAJ 09-09-2004 ¢ -BB-

Extraits de la phase rédactionnelle, la finalité du document est prévue pour Décembre 2004.

ET NUNC ERUDIMINI

Latin :

Ignoti nulla cupido On peut dire avec vérité que, dans les sciences, les meilleures intentions sont inertes si lon ny joint les révélations de linstruction : Ignoti nulla cupido.

Pourquoi cet ouvrage : Pourquoi a-t-on un problème de crédibilité lorsque lon intervient au niveau des systèmes dinformation en entreprise ?

TITRE Pour une bonne économie des systèmes informatiques dentreprise

Linformatique est une science.

Copyright © bruno berthelet sous les termes de la Free Documentation Licence version 2 et postérieure

///////// ///////// Les faits ! ;)

/////// ///////

Sommaire

//////// ////////

RERMERCIEMENTS

/////// ///////

Préface par Dominique Bernard

LOpen Source et la littérature cherchent le développement dune relation basée sur la confiance, la qualité et le sens du réel. La littérature, notamment dans le projet de la créolité(*) cherche le dépassement des préjugés individuels, pour le développement de relations saines. La littérature applique les techniques du marketing, ou plus exactement marketing et littérature ont pour objet détude : la représentation mentale de lindividu. Cependant tandis que le premier exploite le manque et le besoin, la littérature se veut thérapeutique dans la mesure où elle utilise la représentation rêvée afin de révéler le manque, pour y apporter des solutions : la littérature se veut nourriture de lâme et technicienne du bonheur humain. Je parle ici de la problématique littéraire particulièrement référencée. Cette littérature se donne les mêmes objectifs sur le plan humain quun ingénieur GNU/Linux sur un plan informatique. Proposer des outils, apporter des solutions, faire avancer lhumanité dans un sens positif. Une meilleure économie de linformation pour une meilleure économie sociale et éducative.

Fluidité économique, Fluidité sociale, Fluidité de linformation en matière de formation, seraient des biens fondés pour une meilleure répartition des ressources.

(*) créolité : Cf. Manifeste de la Créolité Bernabé, Confiant, Chamoiseau

///////// /////////

préambule

Linformatique, quelque soit son type participe aux plus grandes innovations scientifiques de notre ère. Les systèmes informatiques pilotent les feux de signalisation de nos villes, la régulation du trafic aérien, lémission des ondes radios, la modélisation des variations du climat terrestre, les flux financiers mondiaux, la modélisation des molécules, laide à la conduite des véhicules et bien dautres activités encore. A linverse de la connaissance de type biologique comme le cerveau, linformatique est une connaissance ...

le gouffre financier ; problematique denvergure ; les systemes informatiques dentreprise sont des sujets de controverses qui provoquent des gouffres financiers.

[new]?Introduction

Linformatique dentreprise est dans une ère de migration. Le sens du terme "migration" se définit par une notion de mouvement, de changement dhabitudes et denvironnements. Appliquée à linformatique dentreprise, une migration a pour double objectif de répondre et de suivre les exigences posées par les marchés économiques mondiaux. Ces exigences sont majoritairement dominées par le concept de la compétitivité.

La notion de "mouvement" apportée par lutilisation du terme de migration induit la présence dun état antérieur non mobile, dun état dimmobilisme. Linformatique dentreprise était confinée dans lignorance par les grands éditeurs de logiciels, excluant ainsi les entreprises de toute prise dinitiative. Les grands éditeurs définissaient les axes de développements informatiques sans offrir aux utilisateurs finaux, la possibilité de qualifier les éléments dont ils avaient un réel besoin.

La notion de changement dhabitudes dévoile lexistence dun comportement humain générique, lorsque nous sommes confrontés à lhabitude et à la routine. Il en découle que pour toute action sujette à la routine, la concentration qui lui est accordée décroit en exacte proportion avec le temps passé à leffectuer. Linformatique dentreprise est devenue coutumière des asservissements mis en place par les grands éditeurs. Les entreprises ont perdu linitiative.

La notion denvironnements confirme la présence de plusieurs horizons décisionnels possibles. Alors que linformatique dentreprise était contrainte par manque de communication pointue à naviguer sur une seule mer.

Certaines de ces migrations ont déjà été réalisées et se révèlent être des réussites économiques importantes pour les entreprises. Hors, si lon sen réfère à la situation prédominante actuelle de léconomie des systèmes informatiques dentreprise, on peut se rendre compte que la réalité est toute autre. Pour quelles raisons la migration des systèmes informatiques dentreprises en France nest-elle ni abordée sérieusement, ni mise en application ?

Il existe pourtant de nombreux guides daide à la migration des systèmes informatiques dentreprise. Ces manuels proviennent de différents pays et tracent les grandes lignes directives qui peuvent conduire à loptimisation des services informatiques dentreprises pour certains et/ou dadministrations détat pour dautres.

Létude "Migration Guide", a guide to migrating the basic software components on server and work station computers - KBST Publication Service - Allemagne -, par exemple, propose détudier deux types de migration : la migration par changement - Passer dun système Microsoft à un système Free Software/Open Source et la migration continue - Mettre à jour et ce de manière significative, les technologies Microsoft.

Selon létude KBST lacte de migration est intimement liée à lémergence des technologies de types Free Software et Open Source dans lhorizon des systèmes dexploitation.

La France, dans le secteur.[]?

Et ce malgré la mise à disposition gratuite de ces guides, la situation des systèmes dinformations en France na guère évoluée. Nous vous proposons détudier les mécanismes qui nous ont conduit dans cet état des lieux de linformatique dentreprise Française.

Ce qui me conduit à la réflexion suivante : est-ce linformatique qui est le principal problème dans les services informatiques ou est-ce avant tout limage que nous nous en faisons ?

I-Constat

Les termes déconomie et de qualité ont été séparés dans la perception de linformatique daujourdhui. La raison principale de cette séparation entre économie et qualité provient du manque de discernement dans la différenciation entre informatique domestique et informatique dentreprise ; entre informatique appliquée aux consommateurs et informatique appliquée à la production des entreprises.

L'informatique d'entreprise est apparue dans les années 50. En 1958, avec le lancement du premier ordinateur commercial entièrement transistoré, le CDC 1604, développé par Seymour Cray.

L'informatique domestique quand à elle est apparue une trentaine dannées plus tard, dans les années 80, au travers de lavènement de la micro informatique, du PC, le célèbre Personnal Computer dIBM.

Cet avènement de linformatique domestique a commencé par déséquilibrer les marchés de linformatique dentreprise en proposant en toute simplicité apparente, des matériels moins onéreux que les machines de type mini informatique. A cette époque, les marchés de linformatique sont encore réservés aux systèmes de défense des Etats, aux laboratoires scientifiques universitaires et privés, et aux très grandes entreprises. Pour des raisons économiques évidentes, un binome constructeurs-éditeurs de produits informatiques sest lancé dans une économie de production de masse en privilégiant de consort la quantité à la qualité des produits.etude Or les exigences de ces deux mondes : informatique domestique et informatique de production ne sont pas identiques. Il y a dun coté des impératifs de production et de lautre des impératifs daccessibilité - laccessibilité est le domaine informatique qui permet lutilisation de loutil informatique par le commun des mortels ; cette discipline est dominée par le terme dergonomie.

La mise en place dun produit informatique abordable par le grand public tant en terme de coût quen terme daccessibilité a recquis dimportants sacrifices techniques. Dans un premier temps, la disponibilité tant hardware que software fut mise de coté, le particulier nayant de fait, aucun impératif de production. Cest pourquoi, il faut bien entendre que : toute comparaison entre informatique de production et informatique domestique reste encore impossible aujourdhui. Dans un second temps confirmation

Linformatique à cout réduit, linformatique domestique a été, et reste donc, en toute illigitimité présentée comme une alternative incontournable face aux technologies de Mainframe. Lhégémonie actuelle de cette informatique domestique en entreprise est perceptible sur lensemble des marchés de linformatique dentreprise (hardware et software).

Cest pourquoi on retrouve encore une grande majorité des entreprises qui sont gouvernées par des systèmes informatiques hétérogènes et mal adapté/dimensionnés. Linformatique domestique a été confondue avec linformatique de production.

Fin 2004, après plus de 15 ans de course poursuite et darcharnement à la mise en place dune production informatique de masse, les systèmes informatiques dentreprise héritent dune problématique de grande ampleur. Quelles procédures peuvent etre mises en place pour faire en sorte que les systèmes informatiques dentreprises ne soient plus en permanence des sujets de contreverses et des gouffres financiers ?

Avant daborder les notions techniques et les marchés de linformatique dentreprise, il est important de bien localiser le rôle que peut jouer le facteur humain dans tout service informatique. Un de ces détails qui nest que très rarement abordé est : le comportement humain lié à lachat et à la position sociale.

Le milieu de linformatique nest pas un îlot épargné par les dérives humaines habituelles. Le travail collaboratif nétant encore dans les faits queffectif dans la forme mais pas sincèrement dans le fond. Le facteur humain.

Les effets et les conséquences du comportement dachat et du comportement social des personnels informatiques sont perceptibles dans lanalyse terrain de linformatique dentreprise[nombre dentreprises étudiées, période du 01 Septembre 2003 au 01 Septembre 2004, localisation géographique Rhone-Alpes et Région Parisiènne]?études. Ce survol de linformatique dentreprise qualifie le parc informatique dentreprise standard, comme hétérogène (matériels et logiciels) et comme ayant des personnels sous-fomés conduisant ainsi à la mise en place de technologies inappropriées et mal dimensionnées. Voici une des dérives qui conduit à définir comme standard limage dune informatique de mauvaise qualité et vice versa.

Dans certaines entreprises françaises la liste des éléments négatifs en relation avec le système dinformations est préoccupante.

Un deuxième détail, bien au delà des aspects de cout et comme Albert Einstein le disait : il est plus difficile de désagréger un préjugé quun atome, linformatique dentreprise est avant toute chose une affaire de préjugés, préjugés qui sont eux-même conditionnés par notre comportement social et qui sexpriment dans nos comportements dachat.

Linformatique dentreprise, et par extension maladroite toute linformatique, est dominée par des rumeurs et des incompréhensions qui sont issues principalement de lignorance des techniques appliquées à linformatique et de legocentrisme qui pousse tout etre humain à tenir des propos éronés et à les traiter comme des certitudes. Lignorance des techniques appliquées à linformatique trouve son remède dans la formation et dans la qualité de son enseignement. | Linformatique (systèmes dexploitations et outils) doit etre représentative des réalités techniques et scientifiques lorsquelle est abordée dans léducation. Le système éducatif joue donc un role très important dans lavenir des savoirs disponibles au niveau des marchés de lemploi. |

Le mécanisme intellectuel qui provoque des comportements décalés et inapropriés dans les prises de décisions est quand à lui directement alimenté par les outils du marketing.

Quel peut être le rôle du marketing dans la construction et lutilisation de limage que tout individu a de linformatique ? Quel est le mécanisme à la symbolique occidentale que le marketing utilise ?

Privé de son sens, le langage informatique ne rend plus son office, linformation perd de son essence, de sa signification et mène à lincompréhension. Le terme fondamental des systèmes dinformation, linformation a perdu de son sens lorsque lon parle dinformatique. Aujourdhui le terme dinformation est utilisé à tort et à travers alors quil est .............................................

En sappropriant la sémantique scientifique à défaut de son sens, le marketing en informatique est devenu le principal frein de toute prise de décisions pertinente tout comme lest le manque de compétences techniques des décideurs et des informaticiens en entreprise.

Cette perte des valeurs nous amène à survivre dans un univers basé sur lincompréhension. Nous sommes livrés à nous même, livrés à nos certitudes qui ont pour conséquence de nous transformer, nous hommes, en bête, en bête de consommation. Notre comportement dachat nest plus relié à notre raison mais à nos préjugés, dignes héritiers de la rumeur, addictes à limage de linformatique publique/domestique - simple(mon fils peut le faire), pas fiable(cela plante tout le temps) qui sont interprétés comme lultime paradoxe de la simplicité complexe dans linconscient collectif.

Même le titre dingénieur a perdu de son sens dans les milieux informatiques. Cette terminologie est utilisée sans conscience de sa signification première. Il faut noter quêtre ingénieur conditionne un état desprit plus quun simple diplome. Cest une expérience du monde qui passe par lappréhension de la technologie au travers de lobservation, de la réflexion et de lexpérimentation ; la volonté de trouver des solutions à des problèmes afin de participer au bien être de tous/de la population. Dans ce milieu dimages et de perceptions marketing , il est encore de coutume de voir afficher des titres aussi présomptueux quingénieurs daffaires.

Il faut urgemment redéfinir, redonner le sens des mots du discours informatique afin déclaircir la communication dans les marchés des systèmes de traitement automatisés de données pour obtenir des marchés informatiques plus pragmatiques. Car perdant de leur signification les mots deviennent sources dincompréhension, de discordes et déchecs, nous avons pour nécessité lajustement de la perception et du sens par la concordances des symboles de communication. Il faut redonner le sens des mots dans le milieu de linformatique dentreprise. Ce manuel participe à cette volonté. Un "gourou" en informatique est une appellation donnée à tout génie en informatique dont les compétences ne peuvent être remises en cause par létendue et la qualité de son travail. Participant le plus souvent à la mise en place dune informatique transparente - Open Source - tous ses travaux sont analysables, vérifiables et optimisables.

Ironie du sort, le marketing possède intrinsèquement une image négative auprès du grand public. Laptitude intellectuelle au discernement si lon veut survivre dans le milieu de linformatique dentreprise, devient donc une discipline à part entière et nécessite une attention soutenue de la part de tous les interlocuteurs avertis. Par conséquent, il faut etre relativement perspicace et lucide dans son discours lorsque lon intervient au niveau de linformatique dentreprise. Les décideurs en entreprise étant noyés dans les illusions des produits marketing, ils ne peuvent à juste titre et par ignorance, discerner un discours de vulgarisation scientifique dun discours marketing. Cette dure réalité participe au maintien de lincompréhension dans le domaine de linformatique dentreprise. Ce en quoi les grands acteurs de linformatique sont loin detre innocent.

CONCLUSION

Le service informatique ne doit pas delaisser les consommateurs doutils informatiques dans leurs préjugés et dans leurs certitudes. Une bonne économie des systèmes informatiques dentreprise passe aussi et pour ne pas dire avant toute chose, par la formation du plus grand nombre dacteurs des systèmes dinformations que sont les consommateurs doutils informatiques. Viennent ensuite et en nombre restraint les utilisateurs doutils informatiques. Comme dans tous les domaines heureusement, une équipe bien formée est plus performante. Lobjectif a atteindre est de ne plus avoir de consommateurs doutils informatiques dans une entreprise.

Ce nest pas exclusivement aux entreprises dassumer cette formation du personnel. Cest notre système éducatif et ses moyens qui doivent eux aussi évoluer vers une meilleure compréhension de linformatique.

Le système scolaire doit évoluer et pour cela il faut lui en donner les moyens, doù limportance de ne pas laisser quun seul système dexploitation enseigné à nos enfants. De nombreuses associations sont détentrices de cette volonté et agissent avec toujours plus de précisions et de résultats dans les milieux scolaires, universitaires et dans le secteur de la recherche. Si nous navons pas le temps dapprendre, ninterdisons pas à nos enfants de connaitre et de comparer.

Nous sommes dans une période de doute salvateur au niveau des dirigeants dentreprises. Cependant, le doute est si présent quil remet en cause la confiance que lon peut avoir dans la connaissance et freine ainsi les décisions. Si les décideurs informatiques ne reprennent pas les choses en mains très rapidement, ils vont amener leur entreprise dans des situations délicates par manque dinformations concrètes. Cette prise de confiance et de connaissances est rendue possible depuis quelques années grace à la montée en puissance des systèmes dinformations ouverts et standardisés. Linformation est à nouveau disponible et on peut se rendre compte par ce biais que les réalités de linformatiques sont bien différentes des préjugés couramment rencontrés dans les services informatiques. Un réveil un peu difficile mais inespéré. Ses systèmes dinformations ouverts et standardisés ont un modèle économique dont le modèle de type Free Software/Open Source garanti son intégrité propice à la libre concurrence. Cette libre concurence repose sur la qualité des produits et des services, la principale plus value étant le savoir intellectuel au service de lentreprise. Au delà de ses aspects financiers, linformatique de type Free Software/Open Source est un produit issu du monde de la recherche informatique au service de plus grand nombre. Comme dans bien dautres domaines humains, le phénomène informatique libre nest quune volonté dexcellence parmi tant dautres.

Le secteur de la Recherche informatique joue un rôle majeur dans cette prise de conscience et de confiance par les décideurs dinformatique dentreprise. Nous encourageons activement les départements de lINRIA, du CNRS, de lENS, de lEC, de lINSERM, du CEA à communiquer sur la pertinence des solutions de type Free Software/Open Source. Forte est la proportion de programmes qui fondent les systèmes libres et qui sortent des laboratoires informatiques. Un des modules de SpamAssassin par exemple est un produit de lINRIA Grenoble.

Par la connaissance pointue des différentes possibilités de linformatique pragmatique, il est aujourdhui possible danalyser correctement la situation en entreprise, de réaliser un diagnostic approprié. Pour commencer nous pouvons discerner deux grandes familles dentreprises, celles qui utilise un Unix et celles qui nen utilisent pas ou qui en ont utilisé dans le passé. La première catégorie est un terrain propice à la conduite de projets Free Software/Open Source - le Free Software/Open Source est un héritier dUnix (comme héritage de qualité et de fiabilité le monde Unix laisse un héritage plus que conséquent au monde de linformatique libre. La deuxième famille quand à elle, à tout intérêt à bénéficier de technologies libres qui sont incomparables au titre de performances. Sur la question des coûts les avis sont partagés, mais au final il est toujours plus agréable davoir un système dinformation optimum. Dans un secteur aussi critique que linformatique on a toujours meilleur intérêt à se garantir la concordance du discours aux impératifs de lentreprise. Et ce quelquen soit le coût. Sans oublier que nous avons assisté à de nombreux gaspillages de budgets informatiques colossaux engagés sur des conseils éronés. La situation est donc tendue, le sujet de linformatique fait frémir les dirigeants qui finissent par prendre eux mêmes les décisions, il faut souhaiter quils soient tous de la famille des utilisateurs doutils informatiques. Je prendrai comme exemple M Geofrey Rivet, RI des sociétés Lacollonge, ATMB, ... qui aujourdhui pilote un système informatique mixte composé des éléments suivants : [XX]?, ces propos viennent confirmer les gains annoncés par létude KBST.......

Suivant les cas les DSI/RI ont tout intérêt à faire pression dans lentreprise pour rendre aux systèmes dinformation leurs véritables fonctions. Si ce rôle nest pas correctement tenu, cest à la direction générale de prendre des initiatives. Ce service beaucoup trop délaissé par les directions devrait être observé en permanence par des informaticiens ; la mise en place dun outil de supervision tel que Nagios décharge facilement un technicien dune tâche gourmande dattention. Une règle, simple à mettre en place, consiste à mettre en construire un système dinformation qui optimise le temps dadministration. Il arrive des cas bien précis ou les DSI doivent simposer et exiger des outils préconisés afin deffectuer correctement sa fonction : rendre les services dinformation disponibles. Pour mener à bien toute mission il est impératif de bien qualifier les ressources internes au service dinformation. Cest pourquoi il faut que le personnel maintienne sa formation et se remette en question assez souvent. La formation doit être un complément à lauto-formation continue des personnels informatiques.

On entend souvent parler du manque de temps dans les services informatiques des entreprises. Certains pensent quil faut embaucher du personnel suplémentaire alors que la logique voudrait que lon sinterroge sur la problématique fondamentale de la cause. Il existe en trop de services informatiques qui cherchent à tout prix à guérir les symptomes plutôt que dessayer de définir la cause véritable des problèmes.

Quel est en résumé le rôle dun DSI dans un service dinformations ? - être à lécoute de son personnel exécutif ; - sinformer de lévolution des technologies ; - mettre en place les outils nécessaires à la bonne marche du système dinformation ; - mener une politique ferme face aux consommateurs doutils informatiques ; - faire en sorte de suivre la formation de son équipe ; - optimiser les budgets par rapport aux besoins techniques de lentreprise ;

Maintenant que nous avons défini et précisé linfluence que peut avoir le marketing dans notre comportement dachat et que nous nous sommes approchés des problématiques des systèmes dinformation, nous allons aborder linformatique dentreprise sous un tout autre angle....


Copyright (c) 2004 Bruno Berthelet Permission is granted to copy, distribute and/or modify this document under the terms of the GNU Free Documentation License, Version 1.2 or any later version published by the Free Software Foundation ; with no Invariant Sections, no Front-Cover Texts, and no Back-Cover Texts.

Backlinks